michellesullivan

Gens de maison: les domestiques

In Moeurs, Profession on 2 January 2012 at 13:34

Extrait tiré du livre Les Annales politiques et littéraires, tome quatre-vingt-cinquième. Article d’Yvonne Sarcey (nom de plume de Madeleine Brisson). Paris: Rédaction et Administration, 1925.

Suite à la publication d’une série d’articles à ce sujet dans les numéros des 19 juillet et 2 août 1925:

Quelques maîtresses de maison ont cru que le prenais la défense des domestiques. Dieu m’en garde! …

J’ai simplement constaté que c’était une espèce en train de disparaître et dont on ne retrouverait plus le spécimen qu’à l’état d’exception… La vieille servante d’autrefois, humble, soumise, contente de sa mansarde et de son dur labeur, a vécu. Il en est de son auguste figure comme de ces fiacres traînés par une haridelle dont on regarde la silhouette avec l’attendrissement des vieilles choses en train de disparaître et qu’on aimait. On sait qu’on ne les reverra plus; les moteurs ronflent, les trompes déchirent l’air, la file des taxis s’allonge aux stations, la vitesse règle et dérègle la vie moderne. Ceci a tué cela … Le pauvre fiacre trottinant, son vieux cocher à la trogne rougie par le vent, ruisselant du haut de son siège sous ses triples pèlerines, ne s’adapte plus aux mœurs… Il circule encore, à l’ébahissement des enfants; mais, demain, le dernier fiacre ira se ranger en quelque musée rétrospectif, aux côtés de la berline ou de la diligence, pas loin de la chaise à porteurs, et la foule, le dimanche, regardera la relique avec des yeux étonnés, et jugera cette boîte suspendue sur quatre roues d’un comique irrésistible.

Ainsi, peut-être, en va-t-il des domestiques d’antan…

Il surgit à l’heure présente, dans nos ménages, des personnes explosives frappées du mal du siècle: l’indépendance… Sans culture, sans éducation, elles foncent comme des énergumènes dans cette voie sacrée de la liberté où tout le monde se précipite, et s’y montrent pour la plupart maladroites ou insolentes. Mais le fait essentiel, impossible à nier, c’est qu’elles y sont, et elles ne retourneront pas plus à leur esclavage d’hier que nos filles ne reviendront à leur petite broderie, rêver, sous la lampe à pétrole, au beau jeune homme qui les enlèvera… Il faut donc s’arranger, trouver un terrain d’accommodements, faire reculer d’un pas les excitées, et avancer au-devant celles, plus dignes, qui ne demandent qu’un peu de mieux-être et leur part de liberté… Car, ne l’oublions pas, une évolution formidable a créé un esprit nouveau, des besoins autres, une conception de la vie totalement différente… Et se lamenter sur ce qui n’est plus, regretter les bonnes d’autrefois, le respect de jadis, les habitudes de ma grand’mère, c’est s’agiter dans le néant et parler pour ne rien dire… S’adapter pour n’avoir pas à abdiquer, voilà qui me semble plus sage et peut-être plus adroit.

Or, nos filles ont cru, en prenant bachots et licences, se libérer des soucis matériels. Grande méprise! Elles n’avaient pas prévue que, pendant qu’elles s’évadaient par le travail, la classe au-dessous, par un rythme identique, répondait aux mêmes secrètes aspirations, cherchait également à s’affranchir… Et tout à coup ces intellectuelles, éprises de leur métier, ou ces jeunes mondaines, affolées de dancings, n’ont plus trouvé personne pour les servir. Et leur rencontre: maîtres et domestiques nouveau jeu, fut catastrophique. Ici, on ne savait plus commander; là, on ne voulait plus obéir. Et, comme toujours, les vieux ont payé les pots cassés…

Washington, D.C. American Nature Association. Monday September 14th, 1925. National Photo Company Collection glass negative.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: