michellesullivan

L’art d’être heureux en ménage

In Mariage on 19 June 2011 at 18:46

Extrait tiré du livre À la recherche d’un art qui se perd: Vivre publié par Maurice Tièche aux Éditions Signes des temps. Montréal. 1947. De la collection de Thérèse.

C’est à vous maintenant, Mesdemoiselles, que je dois m’adresser pour vous donner quelques indications sur le choix d’un mari. C’est un homme qui vous parle; il est par conséquent bien placé pour connaître les hommes et pour vous dire lesquels méritent votre affection.

(…)

Acceptez pour mari un jeune homme fort. Il ne sera probablement pas très beau, mais vous avez le droit d’exiger qu’il soit fort. Fort physiquement, d’abord, en bonne santé, solide, capable d’accomplir régulièrement sa tâche quotidienne et de vous protéger. Mais cette force, à elle toute seule, pourrait être brutale et se tourner un jour contre vous s’il vous arrivait de cesser de plaire. Il faut donc qu’à cette force physique soit alliée une force morale correspondante. Il faut que votre mari ait d’abord beaucoup d’empire sur lui-même, qu’il sache se dominer, rester calme et bon, que l’on sente en lui une énergie concentrée et non pas une énergie qui s’extériorise, qui se dépense en paroles et en gestes fébriles. Si vous trouvez un époux qui sache s’oublier lui-même pour penser à vous d’abord, il est probable que vous aurez trouvé le bonheur. L’homme ne possède pas au même degré les vertus de dévouement et d’abnégation qui caractérisent la femme; c’est pourquoi vous devez veiller d’autant plus sur ce point particulier puisqu’il vous apportera la plupart des garanties nécessaires au bonheur.

(…)

Les saintes Ecritures, que nous avons déjà consultées à propos de bien des questions, donnent des indications précises sur l’art d’être heureux en ménage. Saint Paul dit aux maris: “Aimez vos femmes.” Aux femmes, il dit: “Femmes, obéissez à vos maris.” Il semble d’abord que ces deux formules consacrent une inégalité et soient une injustice. Il n’en est rien cependant, si l’on considère que l’obéissance demandée à la femme ne peut rien avoir d’humiliant puisque son mari a pour premier devoir de l’aimer. Les ordres qu’il donnera seront donc dans l’intérêt de la femme et celle-ci  trouvera tout avantage à obéir. Le couple idéal c’est celui qui se compose d’un homme et d’une femme qui s’aiment sans défaillance, qui se soumettent l’un à l’autre et qui poursuivent ensemble un même idéal.

Barbara Bush, George Bush Sr. et le petit George W. 1947

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: